Vous désirez être accompagné ?

a

Guide des TMS en 2024 : Chiffres et Nouvelles Solutions

Jan 2, 2024 | Bien être, Bien vieillir, RPS, Santé au travail, Sédentarité, Stress, TMS

Les troubles musculo-squelettiques (TMS) représentent toujours en 2024 un défi majeur pour les employeurs et les employés. En France, ils constituent la première maladie professionnelle, affectant tous les secteurs, de la manutention à la bureautique. Les TMS font encore aujourd’hui l’objet de nombreuses fausses croyances, limitant l’impact des actions mises en place.

Ce guide va vous permettre de mettre à jour vos informations concernant les TMS en 2024. Observons ensemble leurs impacts et les solutions innovantes de 2024, pour les individus et les entreprises.

Comprendre les TMS et leur impact psychosocial (RPS)

Les troubles musculo-squelettiques (TMS) affectent les tissus mous autour des articulations, causant douleurs et gênes. Souvent (mais pas exclusivement) liés à l’activité professionnelle, ils résultent de sollicitations excessives, inadaptées ou répétitives.

Au-delà des aspects biomécaniques, les TMS sont également associés à des facteurs psycho-sociaux. Les troubles psychiques, souvent liés au travail, sont en hausse et étroitement liés aux TMS. La surveillance des Maladies à Caractère Professionnel (MCP) entre 2012 et 2018 en France révèle une augmentation des signalements de TMS et de souffrance psychique, particulièrement chez les femmes​.

Ces maladies ne sont pas toujours reconnues par les régimes de sécurité sociale, malgré leur impact significatif sur la santé publique. Les facteurs organisationnels, relationnels et éthiques (FORE), comme le management, les relations de travail et les exigences de l’activité, jouent un rôle crucial dans l’apparition des TMS et des troubles psychiques.

Les exigences inhérentes à l’activité sont associées à la moitié des cas de TMS, tandis que le management y contribue pour un tiers. De même, la souffrance psychique est fréquemment liée au management et aux relations au travail​.

« Contrairement à ce qu’on pense, il n’existe pas de « mauvaise » ou de « bonne » posture.

L’unique posture que vous devez adopter est celle qui ne génère pas de douleur, tout en brisant la sédentarité par des mouvements variés et réguliers. »

Cette réalité souligne l’importance de considérer les TMS non seulement sous l’angle des facteurs de risque physiques mais aussi dans leur dimension psycho-sociale. La douleur et la souffrance vécues par les individus ne se limitent pas à l’aspect physique mais englobent également une dimension psychologique profonde, nécessitant une approche holistique de prévention et de traitement.

LIRE AUSSI : Lutter Contre le Stress en 2024 ? Problèmes et Solutions

Les TMS, leur coût économique et l’impact de la sédentarité

L’impact économique des TMS en France et dans l’UE en 2023

Les troubles musculo-squelettiques (TMS), qui représentent 87% des maladies professionnelles en France, engendrent des coûts élevés pour les entreprises et des conséquences graves pour les employés.

Les TMS entraînent une perte annuelle de plus de 7 milliards d’euros pour l’économie française en raison de l’absentéisme, des arrêts de travail et des frais de soins médicaux.

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) indique que les pays de L’Union Européenne pourraient économiser près de 8 milliards d’euros par an. Cela représente plus que les dépenses annuelles combinées des soins de santé de la Lituanie et du Luxembourg.

Illustration d'un graphique avec des courbes valeurs qui augmentent

En 20 ans, malgré une multiplication par 2,5x des investissements en prévention santé, le nombre de lombalgies déclarées a augmenté de plus de 20%.

Cela met en lumière l’urgence de changer nos modèles de prévention santé pour qu’ils soient plus adaptés, plus cohérents et plus faciles à mettre en place.

Outre ces coûts directs, les TMS peuvent réduire la productivité et la qualité du travail, et nécessiter des investissements supplémentaires pour adapter les postes de travail et mettre en place des mesures de prévention.

Pourquoi la sédentarité est comparée au tabagisme ?

La sédentarité, notamment dans le cadre du travail de bureau ou du télétravail, est un facteur de risque majeur pour la santé. En effet, on estime que la sédentarité est à l’origine d’environ 27 % des cas de diabète, 30 % des cas de cardiopathie ischémique et de 21 % à 25 % des cas de cancers du sein et du côlon.

L’inactivité physique serait responsable d’autant de décès dans le monde que l’usage de la cigarette, ayant été à l’origine de 5,3 millions de décès en 2008 contre 5,1 millions pour le tabac. La sédentarité augmente le stress oxydant et l’inflammation, contribuant ainsi à l’obésité et à d’autres maladies chroniques.

Entre autres, l’OMS estime que la mise en place de solutions de prévention efficaces permettrait d’éviter 11,5 millions de nouveaux cas de maladies non transmissibles d’ici 2050.

Ces effets délétères sont particulièrement prononcés chez les personnes physiquement inactives, même si une pratique quotidienne d’activité physique peut les atténuer​.

« Il ne faut pas confondre « activité physique » et « activité sportive ».

On peut être en excellente santé sans faire d’activité sportive. Lorsque vous êtes actifs durant des tâches quotidiennes (ménage, jardinage, déplacements à pied, …) vous faites de l’activité physique. Vous n’êtes pas sédentaire. »

La comparaison entre la sédentarité et le tabagisme est basée sur leur impact similaire en termes de mortalité et de maladies chroniques. Le mode de vie sédentaire, caractérisé par une absence prolongée d’activité physique, contribue au développement de plusieurs maladies chroniques, tout comme le tabagisme.

Les deux comportements augmentent considérablement le risque de mortalité et de maladies débilitantes, ce qui les rend comparables en termes de danger pour la santé publique.

Obligations des employeurs en prévention santé en 2024

Les obligations légales des employeurs en France

En France, les employeurs ont une obligation légale de garantir la sécurité et de protéger la santé physique et mentale de leurs employés, comme inscrit dans l’article L4121-1 du Code du Travail.

Cette obligation comprend des actions de prévention des risques professionnels, des actions d’information et de formation, et la mise en place d’une organisation et de moyens adaptés. Les employeurs doivent aussi veiller à l’adaptation de ces mesures pour tenir compte des changements des circonstances et viser l’amélioration des situations existantes​.

Évolutions significatives des lois en France

La législation française en matière de santé et de prévention au travail a connu des évolutions notables en 2022 et 2023. La loi du 23 décembre 2022 de financement de la sécurité sociale pour 2023 a été un jalon important, prévoyant des mesures de prévention, d’amélioration de l’accès à la santé, et de soutien aux familles et aux personnes âgées​

Cette loi inclut des rendez-vous de prévention entièrement pris en charge par l’Assurance maladie à des âges clés de la vie pour prévenir et lutter contre l’apparition de facteurs de risques ou de pathologies.

Par ailleurs, le Passeport Prévention s’apprête à être déployé à grande échelle. Cela permettra à tous d’avoir un espace personnel pour centraliser les certifications, attestations obtenues durant une carrière.

LIRE AUSSI : Comment remplir mes obligations légales en matière de santé et de prévention

Ces développements législatifs renforcent l’obligation des employeurs en matière de prévention des risques professionnels, y compris les TMS. Les entreprises sont encouragées à mettre en place des politiques de prévention proactive, impliquant non seulement l’adaptation des postes de travail mais aussi la formation des employés aux bonnes pratiques de santé et sécurité au travail.

Responsabilisation des individus

« La prévention des TMS ne s’arrête pas aux portes de l’entreprise, il est important que chacun devienne acteur de sa santé dans un parcours global de prévention et d’accompagnement.

Cela passe par la compréhension des mécanismes physiologiques liants la douleur au stress et à la fatigue. Ainsi que la mise en place d’outils autonomisants.« 

Il est essentiel d’impliquer les individus dans les parcours de prévention santé. Les employés doivent être sensibilisés à leur propre rôle dans la prévention des TMS et autres risques professionnels. Cela passe par une éducation sur les bonnes pratiques, l’encouragement à adopter un mode de vie sain, et la mise à disposition de ressources pour la gestion de leur bien-être physique et mental au travail.

Diversité des actions de prévention santé

« L’un des principaux facteurs favorisant la transition d’une douleur ponctuelle vers la douleur chronique (ou douleur persistante) réside dans la méconnaissance du phénomène.

Concrètement, « on a mal », mais « on ne sait pas pourquoi ».

Les individus se retrouvent démunis, dans une situation pouvant générer une certaine anxiété et complètement dépendants de leurs rendez-vous avec leur professionnel de santé. »

En 2024, la prévention des TMS dans les entreprises ne repose pas uniquement sur des solutions technologiques. Elle exige une approche globale, incluant la formation des employés et des managers, l’implication individuelle dans la prévention de la santé, et l’utilisation de solutions numériques pour briser la sédentarité.

La formation par des professionnels de santé joue un rôle clé dans l’éducation des employés sur le fonctionnement de leur corps, la douleur, le stress et la fatigue. Les formations en Qualité de Vie au Travail (QVT) s’adressent aux managers et professionnels des ressources humaines, mettant l’accent sur la prévention des risques psychosociaux (RPS) et la gestion du stress​.

LIRE AUSSI : Les Chiffres Clés pour Comprendre le Stress au Travail en 2024

Le véritable problème réside dans l’apparition de douleur au cours de la vie. S’il est essentiel de favoriser la prévention au curatif, il est tout aussi important d’agir dès l’apparition des premiers symptômes. C’est pour cela que l’éducation et les outils numériques offrent une liberté d’action non négligeable.

En effet, si une personne est suffisamment formée aux concepts clés de la douleur, du stress et de la fatigue, elle peut tenter d’agir immédiatement lors de l’apparition d’une douleur, en amont d’une consultation et d’un suivi médical. Il est important de noter que la prévention ne peut se substituer à un avis médical. Il s’agit d’une aide complémentaire et non une solution alternative.

Importance d’une organisation et d’un management de qualité

Une organisation et un management de proximité de qualité sont essentiels pour réduire les RPS et les TMS. Un management attentif et réactif aux signaux faibles et capable d’accompagner les équipes est crucial pour une prévention efficace​.

Pour prévenir les TMS, les entreprises recourent à la permutation des postes, la polyvalence des postes, et l’aménagement ergonomique des postes et des postures.

Ces mesures, associées à des formations et à des équipements adaptés, sont essentielles pour minimiser les risques physiques liés au travail​. Néanmoins, toutes ces mesures sont considérées comme « compensatoires » et ne traitent pas le problème à la source.

« Aujourd’hui, les TMS sont abordées uniquement par le prisme des facteurs de risques, alors que ces facteurs de risques sont aussi variés qu’il existe d’individus.

C’est pourquoi la prévention actuelle rencontre des limites dans leur efficacité. »

Chaque entreprise doit évaluer les facteurs de RPS pour élaborer un plan d’action adapté. Cette démarche d’amélioration continue permet d’ajuster et d’évaluer l’efficacité des actions mises en œuvre​. Les acteurs de la prévention santé moderne proposent de mesurer des indicateurs clés pour avoir une évaluation globale.

Une culture forte de prévention est essentielle. Cela implique des choix d’outils et d’équipements ergonomiques (mesures compensatoires), et une organisation du travail favorisant la santé et l’autonomie des individus (mesures individuelles autonomisantes).​

Je veux tester sur un groupe pilote

Références

Douleur aiguë / douleur chronique, quelles différences ? https://www.institut-analgesia.org/la-douleur-chronique/comprendre-la-douleur/

Promotion de la santé et éducation sanitaire https://www.emro.who.int/fr/health-education/physical-activitiy/background.html

Increasing physical activity could save the eu billions annually https://www.who.int/europe/fr/news/item/17-02-2023-new-who-oecd-report–increasing-physical-activity-could-save-the-eu-billions-annually

Loi de financement de la Sécurité sociale pour 2023 : les mesures phares https://www.service-public.fr/particuliers/actualites/A15965

Troubles musculo-squelettiques et souffrance psychique : maladies à caractère professionnel les plus fréquemment signalées et en augmentation https://www.santepubliquefrance.fr/presse/2023/troubles-musculo-squelettiques-et-souffrance-psychique-maladies-a-caractere-professionnel-les-plus-frequemment-signalees-et-en-augmentation